logo_et_assemblee.png
Manifestations
Calais : samedi 1 octobre 2016 à 14h, manifestation internationale en soutien aux migrants. PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Jeudi, 29 Septembre 2016 18:11

samedi 1er octobre 2016 à 7h30

Départ de Paris pour la manifestation à Calais en soutien aux migrants

De Paris à Calais - migrants bienvenue !

  • 7h30 - Porte de la Chapelle - Départ en bus de Paris
  • 14h - Manifestation à Calais - Départ du bidonville "la Jungle" - Arrivée Place d'Armes

Urgent !!!

Un arrêté portant interdiction de la manifestation a été finalement été pris par la Préfète du Pas-de-Calais.

Un recours contentieux en référé a aussitôt été adressé au Tribunal administratif et il sera examiné dans les 48h, soit au plus tard samedi matin, AVANT la manifestation.

Dans l'attente du jugement du tribunal administratif,
nous maintenons la manifestation!

Le porte-parole de la CISPM - Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants qui avait déclaré la manifestation en préfecture a en effet immédiatement saisi le Juge des référés du Tribunal administratif de Lille pour faire une demande de référé injonction contre la décision de la Préfète du Pas-de-Calais.

Extraits de notre courrier adressé au Tribunal administratif joint sur la page :

❝ Par le présent courrier, la CISPM, représentée par notre porte-parole M. Sissoko Anzoumane, vous saisit pour faire une demande de référé injonction contre la décision de la Préfète du Pas-de-Calais, manifestation ayant pour objet «d'exprimer notre solidarité aux migrants de Calais, protester contre les politiques européennes, en particulier et affirmer le plein droit à l'asile et à la liberté de circulation et d'installation pour tous les migrants». Nous voulons qu'un solution pérenne d'accueil leur soit offerte et que leurs dossiers soient traités humainement avant que la Jungle ne soit rasée.

(...)

❝La liberté de manifester est un droit constitutionnel et les rassemblements et blocages contre les migrants les semaines passées ont, eux, été autorisés, ainsi que la venue de hautes personnalités, qui elles aussi ont dû mobiliser un grand nombre de forces de police pour les protéger. Nous pensons que nous sommes injustement discriminés et vu l'ambiance qui prévaut à Calais, la CISPM a de gros doutes sur l'impartialité et la neutralité de Madame la Préfète du Pas-de-Calais. (...)❞


De Paris à Calais - migrants bienvenue !

Un an après la noyade du petit Aylan Kurdi sur les côtes grecques, qui semblait avoir secoué les consciences des politiciens européens, on meurt toujours en nombre en Méditerranée, sur le chemin vers l'Europe et à ses frontières intérieures et extérieures. A Calais la population du bidonville dépasse les 10 000 personnes dans des conditions de vie toujours plus effroyables ! Là comme ailleurs en Europe, la situation ne fait que s'aggraver pour les migrants, démontrant ainsi l'inefficacité et le caractère meurtrier des politiques actuelles.

À Calais, le démantèlement du camp annoncé par les uns et réclamé par les autres, ne saurait être une solution ! Pas plus que la construction du grand mur de quatre mètres de haut et un kilomètre de long prévu le long de la route nationale 216 vers le port de Calais !

Aussi, un an après une première manifestation de Paris à Calais, nous appelons à nouveau à une grande manifestation à Calais la journée du samedi 1er octobre, pour exprimer notre solidarité active aux migrants à Calais, protester contre les politiques européennes, en particulier ici française et britannique, et affirmer notre plein droit à l'asile et à la liberté de circulation et d'installation pour tous les migrants. Le cadre juridique de l'asile, son application toujours plus restrictive, comme nos politiques migratoires, sont en décalage complet avec les réalités migratoires actuelles : le motif environnemental n'est pas pris en compte tandis que la distinction entre les causes politiques et économiques, artificielle et absurde, nie la multiplicité des migrations et dépolitise la question de l'environnement!!!

Nous exigeons :

  • Que la Grande-Bretagne assume ses responsabilités par rapport aux migrants, que la France rompe unilatéralement les accords du Touquet.
  • Que le dispositif national d'accueil tant annoncé et promis voit enfin le jour en France, le seul pays d'Europe où les migrants sont laissés à la rue sans protection ni prise en charge !
  • La suppression du règlement de Dublin et le démantèlement de Frontex qui sont les premières causes des drames que vivent aujourd'hui les migrants en Europe et à ses portes.
  • La fermeture de tous les lieux de rétention, centres ou hotspots en Europe, dans le prolongement de l'Appel international lancé en juin 2016.

Plus que jamais, nous réaffirmons qu'une autre Europe est nécessaire, plus solidaire, démocrate, ouverte sur le monde et plus égalitaire! Plus que jamais, nous nous opposons aux politiques racistes et criminelles actuellement mises en œuvre à l'encontre des personnes étrangères en Europe.

Nous appelons à manifester à Calais le samedi 1er octobre 2016 à 14H

Départ de la « Jungle » (arrivée place d'Armes)

Informations pratiques

Transports collectifs (bus) depuis Paris, aller/retour dans la journée.
Rendez-vous à 7h30 Porte de la Chapelle. Retour dans la soirée sur Paris. Prix : 30 euros. Chèques à l'ordre de DIEL.
A Paris, vous pouvez vous inscrire à l'une des adresses suivantes :

  • Librairie La Brêche - 27 rue Taine M° Daumesnil -12h-19h tous les jours sauf dimanche.
  • Le Point du jour - 58 rue Gay-Lussac RER Luxembourg - 10h-19h du mardi au samedi compris.
  • Solidaires -144 boulevard de La Villette M° Colonel Fabien - 9h-19h lundi et vendredi.

N'oubliez pas d'indiquer vos coordonnées complètes (nom, prénom, téléphone et adresse mail)

S'il vous est impossible de vous rendre à Calais mais que vous soutenez l'initiative, vous pouvez contribuer à financer l'événement, ce qui nous permettra de subventionner les voyages des migrant.e.s parisien.ne.s. S'il reste de l'argent nous le donnerons directement aux réfugiés de Calais. Une cagnotte en ligne a été créée : www.leetchi.com/c/solidarite-de-migrant-e-s-bienvenue

Contact : migrants-bienvenue@riseup.net
Fcbk : Calais1Octobre

Premiers signataires :

ADIF (Italia), ATMF, BAAM, Caravana a Grecia (España), CGA région parisienne, CISPM, Collectif La Chapelle debout!, Collectif Quid'Autre, Collectifs sans papiers et sans droits 26/07, Coordination Rhône-Alpes des CSSD Rhône-Alpes, CPSE, CRER (Belgique), CSP75, DIEL, Droits devant !!, FASTI, Fédération de Paris du MRAP, Fédération SUD Éducation, Fondation Frantz Fanon, Kâlî, Liste des Sans Voix 18ème, Movimento Migranti e Rifugiati (Italia), NPA, RSA (España), Réseau pour une gauche décolonisée, RUSF université Paris 1, SNPES-PJJ/FSU, Solidaires Pas-de-Calais, SUD Éducation Paris, Survie, USB (Italia), Union Syndicale Solidaires...

document au format PDF:

document au format PDF:

document au format PDF:

Dernière mise à jour : 28 septembre 19h

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/49902
Source : message reçu sur la liste RESF-75 le 20 septembre 15h
Source : message reçu le 22 septembre 11h


Appel a dons

Le démantèlement des campements de migrants à Calais, Paris, Vintimille... font l'objet d'une actualité brûlante et brutale depuis plusieurs mois qui va en s'amplifiant dangereusement pour ceux qui en subissent les conséquences.

Un appel international a été lancé par la CISPM dans le cadre de rencontres unitaires avec les collectifs, associations, partis politiques et syndicats qui appellent à manifester A CALAIS LE 1er OCTOBRE 2016.

Dans la mesure où vous ne pourriez nous rejoindre ce jour, nous faisons appel à votre solidarité pour nous aider à financer cette action sous forme de dons à verser au compte de l'association DIEL (Droits ici et là-bas - RIB en pièce jointe) :

Releve d'identite bancaire - RIB
Banque : 30066 // Guichet : 10011 // N° compte : 00020064202 // Clé : 24 // Devise EUR
IBAN (International Bank Account Number) : FR76 3006 6100 1100 0200 6420 224
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP
Titulaire du compte (Account Owner) : DROITS ICI ET LA-BAS // MAISON DES ASSOCIATION CASE 158 // 8 RUE DU GENERAL RENAULT // 75011 PARIS
Domiciliation : CIC PARIS REPUBLIQUE - 201 RUE DU TEMPLE - 75003 PARIS

Merci par avance de votre participation.

document au format PDF:

Source : message reçu sur la liste RESF-75 le 20 septembre 15h
Source : message reçu sur la liste RESF-75 le 17 septembre 16h


Communiqué de la Fédération de Paris du MRAP

À Paris, à Calais et partout en France.

MIGRANTS, REFUGIES, BIENVENUE !

Le MRAP Paris, est solidaire des légitimes revendications des réfugiés

  • Que la Grande-Bretagne assume ses responsabilités par rapport aux migrants, que la France rompe unilatéralement les accords du Touquet.
  • Que le dispositif national d'accueil tant annoncé et promis voit enfin le jour en France.
  • La suppression du règlement de Dublin et le démantèlement de Frontex qui sont les premières causes des drames que vivent aujourd'hui les migrants en Europe et à ses portes.
  • La fermeture de tous les lieux de rétention, centres ou hotspots en Europe, dans le prolongement de l'Appel international lancé en juin 2016.

Plus que jamais, nous réaffirmons qu'une autre Europe est nécessaire, plus solidaire, démocrate, ouverte sur le monde et plus égalitaire! Plus que jamais, nous nous opposons aux politiques racistes et criminelles actuellement mises en œuvre à l'encontre des personnes étrangères en Europe.

La Fédération de Paris du MRAP s'élève contre les conditions indignes de vie que représente le campement de CALAIS, comme ceux qui se recréent régulièrement dans plusieurs quartiers de la capitale.

Elle demande à ce, qu'avant toute évacuation, chaque personne soit nominativement informée du lieu vers lequel elle sera hébergée de façon pérenne, pour le moins, le temps de la procédure d'asile.

Le MRAP est depuis toujours et plus que jamais, dans le contexte actuel, engagé à lutter contre la Haine et la peur de l'autre que certains élus de la République s'efforcent d' entretenir.

Le MRAP, partout en France lutte avec les migrants pour qu'ils soient dignement et fraternellement accueillis dans nos villes et villages.

À Calais, à Paris et partout, où il est nécessaire d'agir contre la haine de l'autre, le MRAP répond présent.

document au format PDF:

Source : message reçu le 22 septembre 10h


Message de solidarité depuis l'Allemagne

Camarades,

Le même jour que vous, nous manifestons à Heidelberg (Allemagne) pour la libre circulation "Contre toutes les formes de racisme et d'exclusion! "

Nous sommes informés de ce que la politique francaise est en train de faire avec les réfugiés, sans papiers.

Cette politique n'est pas acceptable dans toute l'UE. Nous disons ouvertement ouvrez les frontières et stoppez les expulsions.

Nous allons accuser la France auprès de la Cour suprême européenne des droit de l'homme de leurs politiques migratoires,
leurs politiques d'expulsions et leur régime totalitaire.
En ce jour nous vous apportons notre soutien et notre solidarité.

No border, No Nation stop deportation

Aktion Bleiberecht Freiburg | Aktion Kollektiv Theatral (AKT) Karlsruhe | Aktionskreis Internationalismus Karlsruhe | Akut+C Heidelberg | Antifaschistische Initiative Heidelberg (AIHD/iL) | Antifaschistische Linke Freiburg (iL) | Asyl AG Heidelberg | Arbeitskreis 'Stuttgart 21 ist überall' | Bündnis gegen Abschiebungen Mannheim | Coordination international de sans Papier | DGB-Hochschulgruppe Heidelberg | Die Anstifter' - Stuttgart | Die Linke Kreisverband Heidelberg | Die Linke Kreisverband Karlsruhe | Die Linke-SDS Hochschulgruppe Heidelberg | Die Linkspartei Heidelberg | Flüchtlingsrat Baden-Württemberg | Flüchtlingsrat Hamburg | Forum Azilon -Asyl und Menschenrecht Konstanz | Freiburger Forum aktiv gegen Ausgrenzung | Freie Arbeiter*Innen Union Freiburg (FAU) | Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft (GEW) Nordbaden | Grün-alternative Hochschulgruppe e.V. - Karlsruher Institut für Technologie | Grüne Hochschulgruppe Heidelberg | Hans Dölzer Vorsitzender des Fachbereichs Medien in ver.di Rhein-Neckar |Initiative gegen Rassismus - Westallgäu | Interventionistische Linke Karlsruhe | Interventionistische Linke Rhein-Neckar | Karin Binder, MdB, DIE LINKE |Landesarmutskonferenz Baden-Württemberg LAK-BW, nw 1 | Libertäre Gruppe Karlsruhe | Linksjugend ['solid] Heidelberg | Linksjugend ['solid] Mannheim | Linksjugend ['solid] Stuttgart | MediNetz Freiburg | NO PEGIDA Stuttgart | Offene Uni Heidelberg | Organisierte Linke Heilbronn (iL) | Partei Mensch Umwelt Tierschutz Baden-Württemberg | Schlüsselmenschen e.V. Freiburg | SDS Karlsruhe | Solid Karlsruhe | Solidarität International e.V., Ortsgruppe Stuttgart |Space Initiative Heidelberg | St. Pauli Fanclub "Rhein-Neckar-Zeck*innen" | Südbadisches Aktionsbündnis gegen Abschiebungen | Teachers on the road Mannheim | Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes / Bund der Antifaschist*innen (VVN/BdA) Heidelberg | Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes / Bund der Antifaschist*innen (VVN/BdA) Ortenau | Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes / Bund der Antifaschist*innen (VVN/BdA) Landesverband Baden-Württemberg | Wir bewegen was! e.V. Heidelberg

document au format PDF:

document au format PDF:

document au format PDF:

document au format PDF:

document au format PDF:

Source : message reçu le 26 septembre 10h

 
Paris 2016 : Manifestation le 27 août à 14h place de la République « Saint-Bernard 20 ans après » PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Vendredi, 26 Août 2016 12:35

samedi 27 août 2016 à 14h

Manifestation « Saint-Bernard 20 ans après »

plus que jamais la lutte continue

Appel UNSP

  • Journée débats vendredi 26 aout 2016 Sans-Papiers/Soutiens
    De 11 heures à 17 heures

    Lieu : Squat 21/23/25 et 27, rue de Clichy et 29, rue Aimé Césaire
    93400 - Saint-Ouen - Métro : Garibaldi (ligne 13)
  • Appel à Manifestation Samedi 27 aout 2016
    Départ 14 heures
    Place de la République en direction Église Saint-Bernard

L'Union nationale des sans papiers (UNSP), dans le cadre des activités commémoratives des 20 ans de l'évacuation de l'Eglise St-Bernard, condamne avec la plus grande énergie ces actes barbares qui se perpétuent à travers le monde entier, en particulier en France notre pays d'accueil.

Dans un contexte politique et économique marqué par des actes de terreur sans précédent, des atteintes aux valeurs fondamentales de la République, par une politique sécuritaire traduisant l'état d'urgence dans un monde marqué par l'émergence de démons destructeurs que rien ne justifie.

Nous mesurons avec inquiétude les conséquences de ces décisions sécuritaires qui aggravent considérablement nos situations déjà bien précarisées parce que :

  • Elles donnent tout pouvoir aux forces de police d'investir à l'aube nos lieux de vie, se traduisant par des arrestations intempestives allant jusqu'à l'enfermement et l'expulsion. Nos foyers sont l'objet de toutes les « attentions », des gérants ferment arbitrairement (cuisines lieux de prière) brisant notre vie communautaire.
  • Les médias, les politiques de gauche comme de droite pratiquent dangereusement l'amalgame entre terroristes et migrants (réfugiés/Sans-Papiers) et entretiennent ainsi un climat de plus en plus délétère,de suspicion et de racisme dans la population.
  • La Circulaire VALLS du 28 novembre 2012 n'a fait pour l'essentiel, que proroger l'injustice des lois Pasqua de 1993. En effet en la matière, les Préfectures exigent que nous fournissions des fiches de paie sur plusieurs années, alors que notre statut de sans-papiers ne nous permet pas de les obtenir. Ainsi se poursuit le travail au noir, encourageant l'exploitation patronale, les fausses déclarations, la politique discrétionnaire des Préfectures.
  • Les lois anti-émigrés qui malgré les déclarations mensongères du pouvoir pour étouffer notre lutte sont de plus en plus répressives et restrictives comme le prouvent les derniers remaniements du CESEDA.

La France n'a procédé à des régularisations massives que deux fois :

  • 1981 au début du septennat de François MITTERAND
    134 000 régularisations
  • 1997 après l'arrivée à Matignon de Lionel JOSPIN et suite à l'évacuation des sans-papiers de l'église Saint-Bernard,
    84 000 régularisations par la Circulaire Chevènement.

Depuis le 18 mars 1996 les sans-papiers organisés en différents Collectifs ont mené de nombreuses actions (occupations, grèves, des marches à travers la France et des Caravanes en Europe).

  • 2002 : Occupation de la Basilique de Saint-Denis, marche de Marseille à Paris ;
  • 2003 : Marche du Havre à Rouen ;
  • 2004 : Marche de Bruxelles à Paris ;
  • 2006 : Lutte des 1000 de Cachan (15 jours) ;
  • 2008 : Occupation de l'église Saint Paul à Nanterre (15 jours), Campagne Racket, occupation la Bourse du Travail (14 mois)
  • 2009 : Occupation de la CPAM rue Baudelique à Paris (13 mois) ;
  • 2010 : Marche de Paris à Nice, lors de la Commémoration du 50ème anniversaire de l'indépendance des pays africains (1 mois) ;
  • 2011 : Participation au Forum Mondial de Dakar ;
  • 2012 : Marche européenne des sans-papiers et des migrants (1 mois) ;
  • 2012/2013 : Les grévistes de la faim de Lille « Faut-il mourir pour avoir des papiers (73 jours) ;
  • 2013 : Marche du Grand Paris des sans-papiers, Forum Social Mondial de Tunis (1 mois) ;
  • 2014 : Caravane et grande manifestation à Bruxelles lors du sommet du Conseil de l'Europe sur la politique migratoire ;
  • 2015 : Caravane au Forum Social Mondial de Tunis.

Alors que tous les pays de l'Europe du Sud ont régularisé massivement, en proportion de leur population, l'Allemagne et la France viennent très loin derrière, avec 185 000 immigrés légalisés dans chaque pays. Pour mémoire quelques chiffres du nombre de régularisations en Europe sur la décennie ayant précédé la crise, c'est-à-dire 1997-2007 (source « migration Policy institue ») :

  • 1,2 millions de sans papiers régularisés en Italie ;
  • 1 million en Espagne ;
  • 425 000 en Grèce ;
  • 250 000 au Portugal

Et bien au-delà de notre insécurité nous devons combattre cette politique assassine dont tous les Etats Européens sont responsables et complices. Sur toutes les frontières Européennes, et sur nos frontières (Calais, Vintimille etc…) la mer Méditerranée est devenue le plus grand cimetière où des milliers de migrants sans distinction hommes, femmes et enfants trouvent la mort en fuyant des pays détruits par des guerres impérialistes.

  • c'est pourquoi nous exigeons que cessent ces drames aux frontières et dans notre pays :
  • une autre politique migratoire dans l'application de la Convention Européenne des Droits de l'Homme dont nous sommes signataire et le respect de la Convention de Genève dans l'accueil des réfugiés ;
  • nous demandons aussi que les Etats et les Responsables Européens prennent en compte la situation de guerre dans tous les pays du monde responsable de l'exil des populations ;
  • dans cette situation de détresse en France, nous devons aussi y associer tous les précaires qui subissent les mêmes conséquences de cette politique de régression sociale, brutale et indigne.

PLUS QUE JAMAIS NOTRE SLOGAN « FRANCAIS/ÉMIGRÉS SOLIDARITÉ ! » Prend toute sa dimension politique.

L'UNION NATIONALE DES SANS PAPIERS (UNSP) EXIGE :

La régularisation globale de tous les Sans-Papiers

  • La liberté de circulation et d'installation pour toutes et tous ;
  • La régularisation de tous les sans-papiers par une carte de 10 ans ;
  • La fermeture des Centres de rétention l'arrêt des expulsions ;
  • Le respect du droit d'asile ;
  • Abrogation de lois anti-émigrées.

Saint-Bernard 20 ans !

document au format PDF:

document au format PDF:

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/49393
Source : message reçu le 22 août 12h
Source : https://csp75.wordpress.com/2016/08/19/appel-...


Été 1996 : la lutte des sans-papiers de Saint-Bernard

Lutte Ouvrière

Le 23 août 1996, les 220 sans-papiers installés dans l'église Saint-Bernard, à Paris, étaient expulsés sans ménagement par les CRS sur ordre du gouvernement Juppé. Cela faisait deux mois qu'ils occupaient ce lieu pour obtenir leur régularisation.

Le mouvement avait commencé en mars, quand une cinquantaine de sans-papiers habitant un foyer de travailleurs immigrés de Montreuil, excédés par le rejet quasi systématique de leurs demandes d'asile et de régularisation, s'étaient lancés dans l'occupation d'une autre église de Paris, l'église Saint-Ambroise, pour exiger des papiers. Très vite, ils avaient été rejoints par des dizaines d'autres sans-papiers. Comme l'expliqua par la suite l'un des participants, « on sortait enfin du silence, en refusant l'étiquette de clandestins ».

Les travailleurs sans papiers en lutte surent s'organiser et ne pas se laisser disperser au fur et à mesure des expulsions et réinstallations dans divers lieux de Paris. Ils bénéficièrent aussi du soutien de diverses personnalités, comme le généticien Albert Jacquard, l'abbé Pierre, Emmanuelle Béart, Stéphane Hessel, ainsi que de milliers de personnes qui participèrent à leur combat en manifestant.

Ils furent finalement délogés de Saint-Bernard et interpellés le 23 août - le gouvernement ayant mobilisé un millier de CRS pour faire cette sale besogne - et seulement 73 d'entre eux obtinrent une promesse de carte de séjour dans la foulée. Les autres furent relâchés et demeurèrent clandestins, ils ne furent tous régularisés qu'en juin 1997 par le gouvernement Jospin.

Mais cette lutte fut le début de leur organisation en collectifs de sans-papiers et depuis n'a pas cessé. Ils appellent à manifester samedi 27 aout - départ à 14 h de la place de la République vers l'église Saint-Bernard - pour commémorer cette lutte et surtout pour réaffirmer la revendication toujours d'actualité : liberté de circulation et d'installation pour tous. Lutte ouvrière s'associe à cet appel.

Valérie FONTAINE

Source : http://journal.lutte-ouvriere.org/2016/08/24/...

 
Calais brûle : Liberté pour les migrants ! Calais is burning : Freedom for migrants ! PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Mardi, 01 Mars 2016 16:49

Calais brûle : Liberté pour les migrants !

Ce lundi la police a commencé à détruire le camp de Calais. Nous, réfugiés à Paris, disons qu'il faut laisser les réfugiés décider par eux-mêmes et leur apporter des solutions.

Nous voulons que le gouvernement laisse les réfugiés à Calais, s'ils le veulent, aller en Angleterre. Si les réfugiés veulent rester à Paris pour obtenir l'asile ils devraient avoir leurs droits, ces choses qu'on nous a promises, un logement, des papiers et l'éducation.

Nous, réfugiés, sommes tous ensemble. Les réfugiés qui veulent aller en Angleterre et ceux ici.

Nous sommes désolés, nous n'aimons pas dire cela mais nous dormons dans les rues. Nous ne reculerons jamais sur nos droits.

Nous voulons être traités comme des êtres humains. Nous nous sentons mal parce que nous vivons dans les rues et les parcs. Nous sommes des êtres humains. Est-ce que quelqu'un peut le dire au gouvernement ?

Nous allons faire des manifestations pacifiques sur la situation des réfugiés à Calais.
Nous appelons tout le monde à venir avec nous pour soutenir les réfugiés à Calais et à Paris.

Rassemblement ce mardi 1er mars à 18H00 Place de la République.
Manifestation ce vendredi 4 mars à 18H00 à partir de la Gare du Nord.


English version

Calais is burning : Freedom for migrants !

This monday, the police began to destroy the camp of Calais. We, refugees in Paris, say that you should let the refugees to decide by themselves and give them some solutions.

We want the government to let the refugees in Calais, if they want, to go to UK. If they want to stay in Paris to make asylum, they should have their rights, the things that were promised to us, houses, papers and education.

We, refugees, are all together. The refugees that want to go to Britain and the ones, here. We are sorry, we don't like to tell it but we are sleeping in the streets. We will never move back from our rights.

We want to be treated like human beings. We are feeling badly because we are living in the sreets and parks. We are human beings. Can someone say it to the government ?

We are going to do peaceful protests about the situation of refugees in Calais.

We call everybody to come with us and support the migrants, in Calais and Paris :

Rally this tuesday 1st march in place de la République at 18.00.
Demonstrate on friday 4 march from Gare du Nord at 18.00.

Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/45455
Source : message reçu le 29 février 23h
Source : liste de diffusion CIP-IDF, reçu le 29 février 23h
Source : message reçu sur la liste RESF-75 le 1 mars 00h
Source : liste AG-IdF, reçu le 29 février 23h


Calais. Violente répression contre les migrants de la jungle

NPA

Depuis ce matin, les forces de destruction du bidonville de Calais sont passés à l'action, avec leurs flics, leurs casseurs, leurs bulldozers, et leurs « maraudeurs recruteurs » sensés terroriser les migrantEs et les contraindre à accepter de rejoindre des centre d'hébergements d'urgence dispersés dans toute la France. La force la plus brutale, et l'éloignement physique des soutiens et associatifs oeuvrant sur le site ont été employés. Ce soir, la jungle est en feu, ses habitantEs copieusement noyéEs sous un déluge de lacrymogènes...C'est ça la politique « humaine » de Valls et Cazeneuve...

Cette décision applaudie par la droite et l'extrême droite est une déclaration de guerre à toutes celles et tous ceux qui en France se battent pour l'égalité des droits, contre le racisme et l'islamophobie. Le NPA appelle à se joindre et à impulser toutes les initiatives de riposte à cette infamie. Un rassemblement à l'appel des migrantEs se tiendra demain mardi 1er mars à 18h00 place de la République à Paris, un deuxième est organisé pour vendredi 4 mars à gare du Nord également à Paris. Le NPA sera présent à ces deux initiatives et appelle tous les antiracistes à prendre partout des initiatives, les plus larges possibles.

A bas la répression à Calais...Liberté de circulation et d'installation !

Source : http://www.revolutionpermanente.fr/Video-Cala...

 
Photos et presse de la manifestation "Stop à l'état d'urgence! PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Lundi, 01 Février 2016 18:45

https://picasaweb.google.com/101056143108562695304/ManifestationAParisStopALEtatDUrgenceStopALaDecheanceDeNationalite3012016?authkey=Gv1sRgCM_O8IOdmoq7rQE

 



Etat d’urgence : « Ce n’est pas tous les jours qu’on touche à notre Constitution »

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Classer

image: http://s2.lemde.fr/image/2016/01/31/534x0/4856663_6_46ec_a-paris-des-citoyens-non-militants-ont_d482fbf3351249b74992677536e5044d.jpg

A Paris, des citoyens non militants ont manifesté contre l’état d’urgence et la déchéance de nationalité aux côtés des associations et des syndicats.

Au milieu du long cortège, sous leurs parapluies rouges et noirs, Adrien, 27 ans, et son amie Valentine, 29 ans, semblent un peu perdus. Qu’importe, ils sont là, « c’est tout ce qui compte ». Eux ne font pas partie de l’une des quelque cent organisations − rassemblées au sein de deux collectifs − qui appelaient à manifester, samedi 30 janvier, pour la levée de l’état d’urgence et l’abandon de la réforme constitutionnelle visant à étendre la déchéance de nationalité. Mais ils sont venus d’eux-mêmes, en tant que « simples citoyens et électeurs ». « En tant que Français tout court », ajoute Adrien, qui travaille dans la production cinématographique.

Manifester sous une pluie battante alors qu’ils auraient pu rester au chaud ? La question ne s’est même pas posée. « Ce n’est pas tous les jours qu’on touche à notre Constitution pour y inscrire des sujets aussi importants, souligne Adrien, grave. Ce n’est pas anodin : ça restera inscrit pour très longtemps. » Il rappelle aussi que l’état d’urgence a été utilisé « dans les pires moments de notre histoire », raison de plus pour s’opposer à sa pérennisation.

Adrien et Valentine n’ont pas d’autocollants criards sur leurs vestes ni de pancartes « Déçu de ma nationalité » et « Assignés à résistance » à bout de bras. Ils ne reprennent pas à tue-tête les slogans « état d’urgence, Etat policier » crachés par les haut-parleurs des camions syndicaux (CGT, FSU…). Mais ils n’en pensent pas moins.

Eux aussi réclament la levée immédiate de l’état d’urgence, instauré après les attentats du 13 novembre, et l’abandon du projet de déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour des activités terroristes. C’est à cause de ce « désaccord politique majeur » que Christiane Taubira a démissionné du ministère de la justice mercredi 27 janvier. Et c’est aussi pour la soutenir elle, « ce dernier rempart de la gauche », que le couple est là aujourd’hui. Ils n’auraient « jamais pu imaginer », quand ils ont voté à gauche en 2012, que cette même gauche porterait un jour « de tels projets ».

« En colère »

Un peu plus loin dans le cortège, un autre couple, la vingtaine, étudiants. Louise et Sylvain non plus ne sont pas militants, mais ils sont venus de Lyon parce qu’ils sont « en colère ». En colère parce qu’ils en ont assez « d’être infantilisés par un gouvernement et une République qui décident pour nous du sens de nos vies jusqu’à l’inscrire dans une Constitution qui n’est modifiable que par des députés qui ne nous représentent plus ».

En colère car pour eux « l’état d’urgence rime avec l’extension des pouvoirs d’un Etat régalien qui n’a servi jusqu’à présent qu’à museler l’opposition ». En colère aussi parce qu’ils trouvent « cynique d’instrumentaliser ainsi nos peurs et nos émotions pour limiter notre liberté ».

Alors oui, « pour des enjeux aussi fondamentaux », ça valait bien la peine de faire six heures de bus depuis Lyon pour venir grossir les rangs du cortège parisien, estiment-ils.

Les joyeux nez de clowns de Colin, Hugo, Pia, Juliette et Emma, la vingtaine, étudiants en carrière sociale, tranchent avec la gravité de leur discours. Ils sont écœurés par le projet de révision constitutionnelle qu’ils jugent « nauséabond ». Et ils espèrent que la mobilisation de ce samedi contribuera à convaincre le gouvernement de lever l’état d’urgence, en vigueur jusqu’au 26 février, plutôt que de le prolonger à nouveau pour trois mois.

Reste qu’à en croire la fronde grandissante de plusieurs partis de gauche, dont certains présents dans le cortège (PCF, Front de gauche…), « les parlementaires devraient être moins nombreux que la première fois à voter pour une seconde prolongation », espèrent certains. La révision de la Constitution exigera, pour être adoptée définitivement, un vote sur la même version dans les deux chambres et une majorité des trois cinquièmes des suffrages exprimés au Congrès.

Deux heures après son départ place de la République, le cortège parisien arrive devant le Conseil d’Etat, la haute juridiction administrative qui, saisie par la Ligue des droits de l’homme (LDH), a refusé de suspendre l’état d’urgence. Mais qui a suspendu l’assignation à résidence d’un homme, Halim Abdelmalek, venu prendre la parole pour « représenter ceux qui sont victimes des dérives de l’état d’urgence ».

Trempés mais souriants, les manifestants saluent la « réussite » du défilé, pacifique et sans débordement, comme d’aucuns le craignaient. Il était néanmoins encadré par un important dispositif de sécurité.

« Une chance que cette manifestation contre l’état d’urgence ait pu avoir lieu en plein état d’urgence », estime une militante du Droit au logement (DAL), dont l’association fait partie du collectif « Stop état d’urgence », qui appelait à manifester dans toute la France au côté du collectif « Nous ne céderons pas ! ».

« Pour un sujet qui ne fait pas consensus dans l’opinion publique et une période difficile, on peut être satisfaits de la manifestation », se félicite aussi Françoise Dumont, présidente de la LDH, soulignant la diversité des profils présents, à la fois associatifs mais aussi citoyens, « déterminés et conscients de l’importance de ces enjeux pour leur avenir ».

Des cortèges partout en France

Alors que la place du Palais-Royal commence à se vider, les organisateurs égrènent au micro les chiffres de la mobilisation qui s’est aussi tenue dans quelque 70 villes à travers le pays : 20 000 manifestants à Paris (5 500 selon la police), 3 000 à Bordeaux (pas de chiffre police), Lyon (1 000 selon la police), 1 800 à Toulouse (1 300 selon la police), 1 000 à Nantes (800 selon la police). D’autres cortèges ont aussi défilé à Strasbourg, Auxerre, Bayonne, Metz, Nancy, Nice, Nîmes, Montpellier, Limoges, Grenoble, Saint-Etienne ou encore Montauban.

Pour ne pas laisser retomber la mobilisation, un prochain rassemblement parisien est prévu devant l’Assemblée nationale vendredi 5 février, jour du début de l’examen du projet de révision constitutionnelle.

« Il faut qu’on se donne les moyens de continuer à faire pression sur les parlementaires en leur montrant qu’ils ne sont pas seuls. La balle est plus que jamais dans leur camp », estime Françoise Dumont. Avec un autre objectif : réussir à « faire bouger » une partie de l’opinion publique, alors qu’une majorité de Français restent favorables à une nouvelle prolongation de l’état d’urgence − 79 %, selon un récent sondage IFOP pour Atlantico.

Lire aussi : « J’ai encore trop peur » : une majorité de Français soutiennent l’état d’urgence

image: http://s1.lemde.fr/medias/web/img/bg/vide.png


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/01/31/manifestation-contre-l-etat-d-urgence-ce-n-est-pas-tous-les-jours-qu-on-touche-a-notre-constitution_4856665_3224.html#TigpZYBisrogY0C5.99


 
Calais: des migrants montés illégalement à bord d'un ferry ont été évacués par la police PDF Imprimer Envoyer
Manifestations
Jeudi, 28 Janvier 2016 20:15

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/calais-des-migrants-montes-illegalement-a-bord-d-un-ferry-ont-ete-evacues-par-la-police-741565.html

À la suite d'une manifestation, des migrants sont montés illégalement à bord d’un ferry à Calais, ce samedi. Ils ont été évacués par les forces de l’ordre. Leur intrusion en fin d'après-midi a entraîné la suspension de l'activité du port. - Avec: Natacha Bouchart, maire Les Républicains de Calais. Et Pierre Henry, directeur général de France Terre d'Asile. - Week-end Direct, du samedi 23 janvier 2016, présenté par François Gapihan, sur BFMTV.

http://ministere-de-la-regularisation-de-tous-les-sans-papiers.net/joomla1.5/index.php?searchword=calais&ordering=&searchphrase=all&Itemid=1&option=com_search


 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 1 sur 47